Rencontre avec… Tim et Bart Grönefeld / Grönefeld The Horlogical Brothers

Rencontre avec… Tim et Bart Grönefeld / Grönefeld The Horlogical Brothers

26 juillet 2017, notre road trip familial d’été fait une halte à Oldenzaal en Hollande.

Pourquoi Oldenzaal me direz-vous ? Simplement parce que cette petite ville hollandaise d’un peu plus de 30’000 habitants et perchée à 37 mètres d’altitude abrite la manufacture des frères Grönefeld. Cette marque fait partie de ces marques indépendantes que j’adore. J’ai donc profité de notre déplacement dans le Nord pour planifier une halte dans cette province.

Préparant notre voyage, en date du 29 juin, je contact Tim et Bart en leur expliquant que je serai de passage dans leur ville les 26 et 27 juillet. Le lendemain matin, je reçois une réponse de leur part, tintée d’humour comme on pouvait s’y attendre, les deux frères ne loupent pas une occasion de rigoler…   « Wow! You’re going to Oldenzaal ?!?!?! Not many people do 😉 »  Traduisez : « Quoi ? Vous venez à Oldenzaal ???   Peu de gens font cela 😉 » Le rendez-vous est pris pour le 27 juillet au matin.

Le 26 au soir, après le repas, nous nous baladons en famille dans cette magnifique ville et tombons par hasard sur les deux frères devant leur maison. Nous discutons quelques mots et laissons Tim et Bart à leurs occupations du soir, nous nous voyons le lendemain…

Après une nuit pas mal agitée, la place de la ville était ce soir là, la place où il fallait être… pour faire la fête, pas pour dormir, nous parcourons les 300 mètres qui séparent notre hôtel de la manufacture pour arriver chez les frères Grönefeld à 9h30 comme prévu.

Nous sommes accueillis par Tim et Bart dans la maison qui abrite leurs ateliers et autres bureaux.

Nous sommes reçus au rez-de chaussé avec le café, et de notre côté, nous avions amené quelques produits suisses, chocolats sous divers formes et de la bière de chez nous…

Tim et Bart nous expose l’histoire familiale, père et grand-père horloger. Les deux frères suivent à peu près le même cursus. Ecole d’horlogerie en Hollande et perfectionnement au Wostep à Neuchâtel, passage chez Renaud-Papi et Greubel-Forsey avant de rentrer au pays pour fonder leur propre marque. Nous évoquons aussi un peu l’automobile, Bart possédant un Porsche Cayenne S Hybrid et les deux frères ex-motard qui roulaient en Ducati, recherchaient une voiture leur procurant des sensations proches de la moto… ils se sont arrêtés sur une AC Cobra…

Revenons à nos affaires horlogères et partons en visite…

Nous découvrons les différentes pièces de cette très belle maison. Au premier étage, une pièce abrite le polissage et divers décorations, l’autre, le local de lavage, la troisième, les bureaux, nous trouvons également une salle de pause avec machine à café évidemment. Le deuxième étage est réservé à l’atelier d’assemblage.

Nous voilà au cœur de la marque. Les montres sont pensées par Time et Bart qui dessinent leur croquis avec précision y compris les gabarits. C’est par contre en Suisse que tout se fait, la conception technique, la fabrication des composants. Certains d’ailleurs de ces composants sont, fabriqués dans ma rue à Fleurier… ou juste à côté à Saint-Sulpice (NE)…

Une fois les composants reçus dans leurs ateliers, les horlogers hollandais multiplient les opérations de finitions pour que tout soit parfait, polissage des vis, décoration et polissage des ponts,… et assemblage évidemment !

Tim et Bart ne voulant pas faire de côtes de Genève en Hollande décidèrent de personnaliser leur mouvement par une finition des ponts style micro-billée (au laser) du plus bel effet sur des ponts en acier inoxydable évitant ainsi tout traitement de surface.

Une cinquantaine de montres sont produites chaque année dans leurs ateliers.

Quatre modèles sont au catalogue aujourd’hui, le premier de la marque la Parallax Tourbillon issu d’une collaboration avec Christophe Claret, la One Hertz, les Bespoke Series et Remontoir qui partagent le même fantastique mouvement « remontoir ».

Une bien belle visite « en famille » chez ces horlogers du Nord.  Un immense merci pour votre accueil et pour le temps que vous nous avez consacré. En espérant vous revoir bientôt lors des différents salons horlogers ou lors d’une de vos prochaines visites en Suisse…

Visite Jaeger-LeCoultre avec le Club Porsche des 3 Lacs

Visite Jaeger-LeCoultre avec le Club Porsche des 3 Lacs

Comment allier Porsche et horlogerie… peut être en allant visiter Jaeger-LeCoultre avec le Club Porsche des 3 Lacs.

Mercredi 7 juin 2017, notre ami Gilbert Monnier organise pour le Club Porsche des 3 Lacs, une visite de la Manufacture Jaeger-LeCoultre.

Deux rendez-vous sont organisés. Un premier à Bevaix pour les neuchâtelois, et un second à Yverdon pour les vaudois, fribourgeois, ou neuchâtelois du Val-de-Travers…

8h00, le groupe arrive à Yverdon. Une quinzaine de Porsche de la 3.2 à la 997 Turbo S en passant par les 996, 997 et même deux Cayman GT4. Mon ami Florent m’avait proposé de co-voiturer, justement, en Cayman GT4, chose qui ne se refuse pas…  J’abandonne donc lâchement mon Boxster sur le parking !

8h15, départ direction Orbe, Romainmôtier pour arriver au Sentier en passant par le sud du Lac de Joux.

9h11, arrivée à la Manufacture Jaeger-LeCoultre au Sentier.

Nous sommes accueillis dès l’entrée de la Manufacture et accompagnés dans une salle de présentation dans laquelle nous attendent café, jus de fruits et pâtisseries…

Une fois cette collation prise, nous formons deux groupes et partons à la visite de la manufacture.

Nous commençons par visiter les archives,  un nombre incalculable de documents qui encore aujourd’hui sont consultés par les horlogers restaurateurs. Des vitrines avec les plus emblématiques modèles de la marque, un mur vitré extraordinaire dans lequel on peut découvrir tous les modèles de mouvements produits par la manufacture depuis sa création. A l’étage, d’autres vitrines présentant des pièces d’art, émail, sertissage ou grandes complications ainsi que l’atelier des restaurateurs.

Nous passons ensuite à la production où il nous a été interdit de prendre des photos.

Fabrication, pré-montage, décoration, garnissage d’ancre, spiraux,…

12h30, il est l’heure d’aller manger… Un autocar de cinquante places nous attend pour nous emmener à 1,6 km de là… au restaurant Bellevue le Rocheray au bord du lac de Joux.

Magnifique repas, une salade avec une excellente terrine en entrée, un filet de truite saumonée en plat et un sympathique dessert à la fraise.

14h00, il est temps de retourner au Sentier pour continuer notre visite.

Nous arrivons aux métiers d’art, sertissage, émaillage et grandes complications. Un horloger nous explique les différents métiers qui sont exercés dans cet atelier. Pour la petite histoire, certains binoculaires sont équipés de cameras qui permettent, depuis l’extérieur de l’atelier, aux visiteurs, de visualiser les travaux effectués en direct…  génial !!

Notre horloger nous présente également les modèles les plus compliqués de la marque.  Geophysic Tourbillon, Duomètre Sphérotourbillon, Master Grande Tradition Grande Complication, une répétition minutes et j’en oublie…

Le dernier département qui nous est présenté est celui des pendules Atmos.

L’Atmos est un instrument extraordinaire qui se nourrit des changements de température pour fonctionner. Un degré d’écart de température offre deux jours de réserve de marche à cette pendule ! Elle pourrait donc fonctionner presque indéfiniment sans intervention extérieur. Un atelier spécial lui est dédié, des centaines d’Atmos sont en observation dans d’immenses vitrines avant d’être finalisées et livrées. La caverne d’Ali Baba pour moi qui voue une passion particulière pour cette pièce.

Voilà, la visite de la manufacture est terminée, nous retournons dans la salle d’accueil. Toute la collection actuelle de Jaeger-LeCoultre est réunie sur les tables, libre à chacun de les essayer et de faire son choix.

17h00, nous remercions nos hôtes et regagnons nos voitures, un sac à la main contenant le catalogue de la marque, la liste de prix ainsi qu’un pot de miel… La manufacture Jaeger-LeCoultre possédant ses propres ruches, elle produit son miel !!  Serait-ce une tradition horlogère que l’on m’aurait caché ? C’est quand même la seconde fois que je conclu une visite horlogère en ramenant un pot de miel…  voir ma rencontre avec Thomas Prescher.

Cette visite terminée, Monsieur Jacot, propriétaire de la bijouterie Jacot au Sentier, nous propose de passer prendre un dernier verre dans son magasin. Une bien belle boutique où l’on trouve une bonne partie de marques de la Vallée, Jaeger-LeCoultre bien sûr, mais aussi Blancpain, Breguet, et autres Pierre de Roche, Claude Meylan, Tissot, Longines, Swatch, et Héli Raymond.

Un sympathique moment dans cette belle boutique que l’on quitte vers 18h afin de regagner nos foyers…

Florent, mon pilote, me tend alors la clé de sa GT4… me voilà donc aux commandes de cet avion de chasse pour les quarante-cinq kilomètres qui nous séparent d’Yverdon. Je n’en dirai pas plus sur cette merveille puisqu’un essai est prévu dans quelques temps… à découvrir sur 9h11.ch !!

Une bien belle journée organisée par Gilbert Monnier pour le Club Porsche des 3 Lacs.

Merci à tous les protagonistes de cette belle rencontre, au plaisir de vous revoir bientôt.

WatchCONNECT le 3 avril 2017 à Neuchâtel.

WatchCONNECT le 3 avril 2017 à Neuchâtel.

Encore une bien belle soirée ce lundi 3 avril 2017 au Cerf à Neuchâtel.

Nous étions finalement neuf pour ce rendez-vous un peu organisé en urgence, cette date était la seule dispo pour notre australien préféré de passage en Suisse.

Merci à tous ceux qui sont venus boire une bière avec nous et surtout nous présenter leurs montres.

Nous avons eu droit à une Klokers amenée par Rob, une Crea Watch au poignet de Filipe Silva, à la collection des Lundis Bleus emmenée par Bastien Vuillomenet, trois pièces Du Manège présentées par Julien Fleury, et Octavio Garcia qui passait pas là presque par hasard nous a fait découvrir sa Gorilla…

Merci à tous, et au plaisir de vous revoir prochainement pour un autre apéro WatchCONNECT…

Rencontre avec… Raúl Pagès / Pagès watches

Rencontre avec… Raúl Pagès / Pagès watches

En ce mois de février 2017, j’ai rendez vous avec Raúl Pagès. La météo est parfaite pour ma BMW 330 xi…  c’est-à-dire qu’on ne voit pas la route… magnifique !!! Je dois rejoindre Raúl à la Rue Pierre-Seitz aux Brenets. Sur le moment, je n’ai pas réalisé, mais ce nom de Seitz aurait du m’interpeller. Effectivement, Pierre Seitz, n’était autre que le fabricant des potences Seitz que tous les horlogers connaissent… Raúl me raconte que la maison qui abrite son atelier aujourd’hui était la manufacture de Monsieur Pierre Seitz, fabricant des potences qui portent son nom. Voici pour l’histoire du bâtiment.

Revenons au principal sujet de ma visite… Monsieur Raúl Pagès.

Raúl est horloger, constructeur et restaurateur. Des formations suivies au technicum du Locle, quatre ans pour devenir horloger, deux ans supplémentaires pour la restauration et finalement encore une année pour la construction.

Depuis toujours Raúl a été passionné par l’artisanat, les connaissances, les compétences et la tradition de certains métiers. C’est vers 15 ans qu’il fut invité à participer à un cours sur l’horlogerie, celui-ci fut le déclencheur de cette passion horlogère.

Son expérience professionnelle, il l’acquière chez Parmigiani, au sein de l’atelier de restauration ou il passe six ans. Il y fait ses armes sur des montres vintage, des horloges et des automates. Un pistolet à oiseaux chanteurs, des montres automates et des œufs de Fabergé… Il sévit également quelques temps au Musée Patek Philippe. De quoi acquérir une jolie expérience.

Très satisfait de son travail de restaurateur, Raul rêve néanmoins de travailler sur ses propres pièces. C’est ainsi qu’il commença la construction de son premier automate, La Tortue. Fabuleux et complexe automate, fait d’or 18 carats, de diamants et d’émail. Le temps consacré à la recherche, l’ingénierie et la fabrication de la tortue a alimenté son amour pour le métier, et il ne lui fallut pas longtemps avant de commencer à rêver à la prochaine étape, la création de sa propre montre.

Voilà donc ce rêve qui se réalise avec la Soberly Onyx.

Magnifique pièce, boîte en or blanc 18 carats, cadran en onyx avec des indexes également en or blanc, le tout, mu par un mouvement de base Cyma retravaillé artisanalement. Le pont de barillet et le pont de rouage sont ceux d’origine redécorés et retravaillés, le pont de balancier, le balancier avec ses masselottes sont entièrement refabriqués par Raúl. Même les aiguilles sont fabriquées à la main, sciées dans une plaque d’acier et terminées à la lime. Le visuel est juste superbe !

A côté de ceci, Raúl trouve encore le temps de faire des restaurations sur des pièces exceptionnelles… Un exemple en photos ci-dessous…

Voilà pour cette rencontre. J’ai passé un peu plus de deux heures aux Brenets en compagnie de cet horloger d’exception. J’ai beaucoup aimé cette matinée, j’ai appris beaucoup de choses et j’ai adoré avoir le privilège de voir ce superbe automate Tortue… Merci Raúl, au plaisir de te revoir lors d’une prochaine sortie horlogère.

WatchCONNECT Suisse au SIHH 2017

WatchCONNECT Suisse au SIHH 2017

Comme de coutume, en cette période de salons horlogers, se déroulait aux Brasseurs à Genève, un apéro WatchCONNECT. Soirée qui a pour but, en toute simplicité, de regrouper un max de passionnés afin de partager un moment convivial autour de l’horlogerie, la bière et la déconnade.

Plus de trente de personnes se sont jointes à nous lors de cette soirée. Certaines pour une demi-heure car occupées à d’autres tâches par la suite. D’autres ont passé l’entier de la soirée avec nous…

Une petite croque, des litres de bières et des montres…   Entre autres, Tag Heuer, Brellum, Lytt Labs, Rolex, Jeager-Lecoultre, Richard Mille, Parmigiani, Audemars Piguet, Roger Dubuis et même une Lange&Söhne… Sans oublier Johan et Bastien des Lundis Bleus qui nous ont fait l’honneur de nous amener l’ensemble de leur collection.

Encore une sacré belle soirée et des rencontres extraordinaires…  Merci à tous les participants, on remet ça quand vous voulez !!

SIWP 2017

SIWP 2017

Dimanche 15 janvier 2017, cocktail d’ouverture du SIWP :

Qu’est-ce que le SIWP ?

Le SIWP est un salon horloger qui se tient en janvier en parallèle du SIHH.

Ce salon regroupe plusieurs marques horlogères indépendantes sous le nom de «Swiss Independent Watchmaking Pavilion».

Liste des exposants 2017 :

ArtyA, Ludovic Ballouard, Brand Ciribelli, Greco Genève, Vianney Halter, Moya, Pilo & Co., Ollivier Savéo, David Van Heim, Romain Vollet et WATCHe.

Ce salon se veut ouvert et de proximité. Les stands sont petits et les artisans horlogers sont accessibles directement, ce qui rend la visite très intéressante. Le dialogue est facile et l’on peut sans autre passer au poignet les montres présentées, ce qui est nettement plus difficile dans les grands salons.

C’est la troisième édition se déroulant en Suisse, mais les organisateurs du SIWP ne sont pas à leur première tentative, ils ont déjà organisé plusieurs expositions en Chine et à Hong Kong sous la bannière «Pavillon Suisse» pour promouvoir le travail et la création des horlogers.

Le salon qui se tient du 15 au 20 janvier 2017 au Casino du Lac à Genève, suit un véritable protocole de sélection car seules les marques indépendantes et établies en Suisse peuvent y participer.

Pour cette soirée d’inauguration, j’ai retrouvé tous mes amis qui ne manquent jamais une expo horlogère.

J’y ai également croisé l’incontournable photographe Guy Luca De Peslouan.

J’ai pris quelques photos de la Up Side Down de Ludovic Ballouard, dans sa déclinaison féminine, une série de clichés de la Pilo Invidia, également dans une version très féminine.

J’ai fait la connaissance de Luca Furnari qui m’a présenté son produit. Une montre chrono équipé d’un Valjoux 7750 partiellement gravé à la main. L’idée de Luca est de proposer une montre complètent customisable. Elle est très chouette et je trouve cette boîte particulièrement bien réussie.

Le personnage que je voulais découvrir en priorité ce soir est Ollivier Savelli des montres Ollivier Savéo.

Fort du titre de meilleur ouvrier de France gagné en 2000 catégorie Bijouterie-Métaux Précieux, un concours qu’organise, tous les quatre ans, le gouvernement Français et qui est reconnu dans le monde entier, Ollivier acquiert une légitimité, une visibilité et une reconnaissance par les grands acteurs de ce milieu. C’est ainsi qu’il sera pendant quinze ans à la tête de divers groupes de Haute Horlogerie et Joaillerie.

Aujourd’hui, il se consacre à la création de ses propres gardes-temps.

Une première collection nommée Vision, celle-ci se caractérisant par des boîtes « vitrine », un boîtier qui s’apparente à une vitrine dans laquelle vous pouvez demander à Ollivier de glisser n’importe quoi, des fleurs sculptées dans de l’or, le portrait de votre cheval de course, une formule 1, ou encore, si vous êtes producteur de pétrole azerbaidjanais, un échantillon de brut tout droit sorti de votre gisement…

Une seconde collection nommée Bas Relief, d’inspiration bien plus classique, cette gamme de montres rondes offre la possibilité au client de faire réaliser, toujours par le Maître Olliver, des cadrans sculptés à la main selon une idée ou une photo.

J’ai passé un agréable moment en compagnie d’intéressantes personnes, de belles découvertes.

Merci à tous les acteurs de cette belle soirée… je vous souhaite plein de réussite pour votre salon.

Sans oublier la très sympathiques Madame Hulliger, directrice de la communication du magazine Market.

Ci-dessous, les liens vers les sites des protagonistes de la soirée :

Artya

Ludovic Ballouard

Brand Ciribelli

Greco Genève

Vianney Halter

Moya

Pilo & Co.

Ollivier Savéo

David Van Heim

Romain Vollet

WATCHe

Luca Furnari

Guy Lucas De Peslouan

Magazine Market

Suivez 9h11.ch sur les réseaux sociaux:  Facebook et Instagram